Pontault-Combault Handball Notre force vient du coeur
Logo PCHB
Billetterie
4 831 176 visiteurs
13 visiteurs actif

PCTSLM77 : ON NE PEUT PAS ETRE ET AVOIR ETE

Date : jeudi 19 janvier 2023

« Vous avez vaincu, mais pas convaincu »


Samedi, à l’issue du match d’ouverture de la deuxième phase de poule du championnat de France U18, les supporters Seine-et-marnais, peu habitués à voir l’Entente PCTSLM peiner autant face à une formation pleine d'envie mais pauvre en talent, ont quitté le gymnase Boisramé accompagnés de sentiments contraires : d’une part la satisfaction d'avoir remporté un match au dénouement longtemps indécis et de l’autre l’inquiétude devant le manque criant de maîtrise des leurs durant les 45 premières minutes de la partie.


C'est grave docteur Durand ? Le diagnostic de l'entraîneur est très clair : « on a été malade, c'est sûr. » Car oui, loin d'avoir survolé les débats dans une opposition à oublier, les mêmes Grenats qui ont servi le caviar et les petits fours à leurs fans lors de leurs deux dernières victoires de prestige (face aux U17 France et au PSG) ont rendu le tablier, ce week-end, pour offrir indigestion et haut-le-cœur à des observateurs qui s’étaient déjà habitués aux mets de luxe.


Alors, que s'est-il passé durant les deux tiers de cette rencontre qui aurait dû être dominée par un sept à la force collective indéniable et qui a tant régalé durant ses deux exercices de préparation ?


Méconnaissables dans l'application défensive et maladroits face au portier normand, les locaux ne doivent le score de parité à la pause (12-12) qu'au faible niveau technique de la formation du Gonfreville HB. On ne peut pas dire que les supporters des Sept-sept ont vibré, contrairement aux montants de la cage normande qui ont trop souvent résonné en éloignant les roquettes franciliennes.


Par quel mal ont donc été touchés les coéquipiers d'Alexandre Macquet qui a tout de même réussi à envoyer à dix reprises le gardien adverse chercher le ballon dans ses filets ? La version 2023 n'aurait-elle pas des aptitudes de caméléons ? Voire des penchants empathiques ? Forts avec les forts, faibles avec les faibles... Ou la pathologie dont ont souffert les récents tombeurs du champion de France en titre est-t-elle le syndrome de « l’Amidou dépendance » ? Les joueurs seraient-ils les dignes héritiers de Lamartine : « un seul être vous manque et tout est dépeuplé » ? En effet, privée de son arrière volant pendant une bonne moitié de la rencontre, suite à une gêne musculaire, la mécanique collective n'a pas été à la hauteur des attentes, et ce avec ou sans la possession de balle. Les automatismes totalement enrhumés n'ont pas permis à la team 77 de respirer à pleins poumons face aux attaques d’un virus normand pourtant peu virulent.
Mais, heureusement, comme tout bacille exogène, celui-ci s'est affaibli avec le temps. C'est à partir de la 40ème minute de jeu que les locaux ont retrouvé des couleurs sous l'impulsion de leurs cadres enfin réunis sur le parquet. Les Gonfrevillais furent dès lors littéralement balayés par un rouleau compresseur libéré de ses courbatures à la plus grande joie d'une assistance récompensée pour son soutien indéfectible.


Le score final (33 à 24) reflète bien plus l'écart qui sépare les deux formations. Il aura donc fallu attendre un bon moment pour revoir ceux qui ont tant régalé leur kop depuis le début de l'année. Le prochain rendez-vous à Cherbourg, ce dimanche 22 janvier, sera l'occasion de valider ou non la guérison de la bande à Michael et Farid. Espérons que le duo de coachs qui, bien que consolé par la victoire, aura certainement eu du mal à avaler la pilule, saura trouver le remède à tous ces maux d’ici-là.

Matchs

Prochain Match 24/05/2024

Pontault-Combault
FRONTIGNAN

Dernier Match 21/05/2024

FRONTIGNAN 31
Pontault-Combault 33

Classement

# Équipes Pts
1 Blason TREMBLAY TREMBLAY 54
2 Blason ISTRES ISTRES 40
3 Blason PONTAULT-COMBAULT PONTAULT-COMBAULT 37
4 Blason SELESTAT SELESTAT 36
5 Blason CHERBOURG CHERBOURG 33
6 Blason FRONTIGNAN FRONTIGNAN 30
7 Blason BESANCON BESANCON 27
8 Blason NANCY NANCY 25
Le reste de l'actualité